Vifs échanges lors du dernier conseil municipal au sujet du départ de LE TANNEUR


11 décembre 2019 - 394 vues

Lors des questions diverses Pierre ROUX répond à une question posée sur Facebook par Jean Marc FOGNINI concernant le départ de LE TANNEUR pour Savoie Technolac. Après avoir décrit rapidement la situation historique de LE TANNEUR qui est née à Belley en 1895 de l’association entre BORNEX, famille de tanneurs Belleysans depuis 1821, et BONNARDEL, qui avait inventé et déposé le brevet du portemonnaie « le Sans Couture », Pierre ROUX évoque l’actionnaire actuel Français qui est le groupe TOLOMEI, dont le PDG propriétaire est Éric DAILEY. TOLOMEI est devenu actionnaire majoritaire de LE TANNEUR & Cie en 2017 après le rachat en 2011 par QATAR LUXURY GROUP qui est resté minoritaire au sein de LE TANNEUR & Cie.

 

Pierre ROUX reporte, après avoir très récemment rencontré Patricia MOULON Directrice financière basée à Belley, que le bâtiment actuel est un gouffre énergétique, qu'il est surdimensionné et vétuste et plus adapté à une structure purement administrative de 20 personnes. La direction de LE TANNEUR & Cie a donc décidé de trouver une solution cohérente avec l'effectif actuel et plus aisée en termes de communications avec le siège Parisien. Après avoir contacté le groupe DUVAL sur le projet « Grande Instance », le choix plus économique et mieux desservi s’est porté sur Savoie Technolac.

 

Jean Marc FOGNINI après avoir relaté les échanges et discussions avec LE TANNEUR lors de la précédente mandature s’étonne « on découvre cela quand la messe est dite »

 

Alain PASQUALIN ne comprend pas pourquoi « cette question vient dans l’actualité au travers d’un commentaire sur Facebook », et considère qu’il est « honteux d’avoir perdu cette marque », puis demande « quelles relations entre les élus et le groupe LE TANNEUR »

 

Réponse de Pierre ROUX, ce sont les Qataris qui ont vendu à un groupe Français, et le nouveau patron a décidé. Que pouvait-on faire quand on a perdu le TGV ?

 

Philippe RODRIGUEZ réagit « cela veut dire que le territoire est enclavé et que les entreprises vont partir »

 

Jean Marc FOGNINI ajoute « ne pas partager cette fatalité, il n’y a pas de combat perdu d’avance »

 

Pierre ROUX se défend et ajoute « je me bats pour des entreprises qui ont plus d’enjeux comme CONDUTIX et VOLVO qui doit résoudre des problèmes de sécurité liés à la présence du collège.

 

Pierre BERTHET arrête le débat considérant « cela fait ½ heure que l’on débat de ce sujet, et tout le monde s’est exprimé » puis précise que « le magasin d’usine restera sur Belley ».

 

Cyrille GUERIN reprend « Qu’a-t-on fait ? Je demanderai à mes collègues, ma famille a vécu dans ce fleuron, est-ce qu’on s’est battu ? »

 

En fin de conseil, Dimitri LAHUERTA revient sur cet échange : « est-ce que tout a été fait, car on aurait pu être actif, on doit en parler en conseil communautaire »

 

Des Belleysans ayant assisté au conseil sont repartis « très déçus de découvrir cette situation », ne comprenant pas qu’il n’y ait pas eu d’échanges entre les personnes depuis mars. Et si, avec 7 listes potentielles dont plusieurs au sein de la majorité actuelle pour les prochaines municipales, « ce manque de communication n'était pas en train de créer une situation préjudiciable à BELLEY ».

 

Article : Jean Correspondant Radio BS

Affiche radionouvelle.jpg (464 KB)

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article